Les actions de l’Ambassade de France au Maroc, ses objectifs et ses moyens

La France et le Maroc entretiennent un partenariat d’exception, renouvelé régulièrement lors des Rencontres de Haut Niveau qui renforcent et nourrissent tous les deux ans les axes de partenariat entre les deux pays.

Le Maroc constitue le premier réseau culturel et de coopération de la France à l’étranger, fort de son service de coopération, de l’Institut français du Maroc et ses 12 antennes régionales, ainsi que d’une Alliance française à Safi, qui accompagnent le développement de nombreuses associations marocaines et de leurs projets.

Six Consulats généraux viennent renforcer les relais de ces actions à destination de la société civile.

Ces programmes de financement et d’accompagnement permettent d’appuyer le renforcement des capacités de structures associatives.

Le réseau privilégie les logiques d’appels à projets

Outre des appels à projets culturels régulièrement lancé, le réseau identifie également des thématiques précises qui déclinent les priorités de la coopération française.

Ainsi, trois appels à projets spécifiques ont été lancés depuis 2017, à savoir :

– l’appel à projets « Genre, jeunesse, climat », en 2017

– l’appel à projets « Lutte contre les stéréotypes liés au genre », en 2018

– l’appel à projets « Soutien à la jeunesse en situation précaire », en 2019.

En parallèle de ces appels à projets thématiques propres, l’Ambassade a mis en œuvre à deux reprises, en 2017 et 2018, le programme PISCCA, Projets Innovants de la Société Civile et des Coalitions d’acteurs.

Financé par un fond dédié du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, ce programme permet d’appuyer les petites structures associatives, avec pas ou peu de financement extérieur, et de renforcer ainsi les capacités de la société civile marocaine.

COMMENT SONT SÉLECTIONNÉS LES PROJETS

Ces programmes s’adressent aux associations marocaines uniquement.

Le type d’organisations de la société civile visées par les appels à projets varie en fonction des thématiques et des objectifs recherchés par l’appel.

A titre d’exemple, le programme PISCCA favorisait les petites structures sans financements internationaux, tandis que l’appel à projets 2019 « Soutien à la jeunesse en situation précaire » privilégiait les structures déjà fortement implantées sur le territoire.

L’Ambassade utilise cependant certains critères fixes pour évaluer son soutien aux projets, dont notamment :
la durabilité des effets du projet, sa cohérence en fonction des besoins locaux, l’implication des bénéficiaires, la prise en compte de l’approche genre et des problématique de développement durable.

DES PROJETS FINANCÉS SUR DES CYCLES COURTS

Ceci est en adéquation avec la taille des structures financées et permet un réel accompagnement de l’association porteuse tout au long du projet.

Cependant, la pérennité du projet doit être démontrée, que ce soit par les suites du projet post-financement ou par sa reproduction.

Après avoir contribué à la définition des appels à projets, les partenaires marocains et internationaux sont étroitement associés au processus de sélection des projets.

L’Ambassade travaille ainsi régulièrement avec d’autres bailleurs de fond tels que l’Agence Française de Développement ou la Délégation de l’Union Européenne.

Des partenaires spécifiques sont par ailleurs identifiés en fonction de la thématique de l’appel à projets. Ainsi, pour l’appel à projets 2019, étaient aussi associés des acteurs reconnus pour leur expertise sur la thématique de l’enfance précaire : l’UNICEF, l’Agence de Développement Social, le Conseil National des Droits de l’Homme, l’Observatoire National des Droits de l’Enfant et M. Jean-Pierre Rosenczveig, ex-président du tribunal pour enfants de Bobigny.

UN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU, DES ENGAGEMENTS MUTUELS

Au-delà d’un simple soutien financier, le réseau souhaite offrir un réel accompagnement aux associations sélectionnées dans le cadre d’appels à projets.

Cet accompagnement se veut technique, avec notamment la mise en place de formations sur la gestion administrative et financière d’une association, et sur les outils de la gestion de projets.

Ces formations sont par ailleurs l’occasion de mettre en réseau les différents porteurs de projets pour favoriser l’émergence de projets communs.

Des événements conjoints ont ainsi pu être organisés par des OSC (Organisation de la Société Civile) soutenues. Ces dernières se rencontrent aussi lors d’événements ponctuels organisés par l’Ambassade, sur des thématiques précises.

UN AUTRE CANAL DE COOPERATION AVEC LES ASSOCIATIONS : LE VOLONTARIAT

France Volontaires, créée en 2009, est la plateforme française des volontariats internationaux d’échanges et de solidarité. Elle est le fruit d’une construction partagée entre acteurs publics et associatifs impliqués dans la solidarité internationale. Opérateur du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères français, France Volontaires contribue au développement des différentes formes d’engagement volontaires et solidaire à l’international.

Le Maroc joue un rôle central dans le volontariat français. Il est l’un des tout premiers pays à accueillir des volontaires. Désormais, chaque année, ce sont près de 500 personnes qui s’engagent sous différentes formes auprès de structures marocaines à travers tout le Royaume.

Disposant d’un bureau au Maroc, France Volontaires accompagne et met en relation tous les acteurs du volontariat (candidats, structures d’accueil et d’envoi, et volontaires) afin de les accompagner dans la définition et la réalisation de leur projet, de les aider dans leurs démarches administratives, et se tient à leur écoute, avant, pendant, et après la mission de volontariat.

Pour en savoir plus, vous pouvez prendre contact avec France Volontaires au Maroc en écrivant à : ev.maroc@france-volontaires.org

LES SOUTIENS ACCORDES PAR LE MINISTERE DE L’EUROPE ET DES AFFAIRES ETRANGERES

 

Le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de la France soutient également les organisations de la société civile.

Il également à hauteur de 660 000 euros annuels les réseaux régionaux multi acteurs (RRMA). Véritables plateformes régionales multi-acteurs (associations, collectivités territoriales, opérateurs privés), du développement et de la coopération décentralisée et de la solidarité internationale, ces réseaux proposent, outre une interface avec le MEAE et les acteurs de la solidarité internationale en régions, un véritable appui méthodologique aux structures de tout type (association, collectivités territoriales) désireuses de s’engager dans le domaine de la coopération internationale. Ils conduisent aussi des activités d’éducation au développement et à la solidarité internationale auprès de nombreux publics-cible et notamment de la jeunesse (convention avec les rectorats, interventions au sein de structures associatives, organisation d’évènements sur les réseaux sociaux). Les RRMA ont aussi vocation à constituer des plateformes de mobilisation de volontaires et de jeunes, engagés dans le service civique à l’international – avec une dimension nouvelle, celle de la réciprocité.

Il existe d’autres dispositifs d’appui aux OSC, parmi lesquels on peut citer :

  • Le Centre de crise et de soutien, qui appuie les OSC françaises pour leurs projets dans le domaine humanitaire par l’intermédiaire du Fonds d’urgence humanitaire

Pour en savoir plus sur les soutiens accordés par le MEAE, vous pouvez télécharger le guide des subventions à destination des organisations de la société civile.


 


 

adminAssoFrMaLes actions de l’Ambassade de France au Maroc, ses objectifs et ses moyens