Appel à projets 2020 « Venir en aide aux plus vulnérables – soutien aux associations de proximité » : les 11 associations retenues

Face à la crise sanitaire à laquelle le monde fait face, l’Ambassade de France au Maroc se mobilise et a lancé en septembre dernier un appel à projets destiné à soutenir les acteurs de terrain et les associations qui viennent en aide aux personnes les plus vulnérables et isolées.  Cet appel à projet, très large à dessein, pouvait concerner aussi bien des projets à vocation sanitaire que sociale, environnementale, éducative ou autre : 11 associations ont été retenues

Plus de 140 dossiers, de toutes les régions du Maroc, ont été reçus. Couvrant toutes les situations auxquelles les personnes les plus fragiles ont pu être confrontées, ils ont également révélé le dynamisme de la société civile marocaine autour de cette question de solidarité face à la crise sanitaire.

Le comité de sélection a retenu 11 associations qui seront soutenues par l’Ambassade :

1/ Association marocaine d’aide à l’enfant et à la famille (AMAEF) – El Jadida

Projet « Venir en aide aux mères en situation de marginalisation »

L’association a pour mission la prise en charge et l’insertion des enfants en situation précaire dans un cadre scolaire et professionnel, notamment à travers l’accompagnement des mères célibataires et/ou marginalisées. Le projet soutenu consiste ainsi à aider une soixantaine de mères célibataires et femmes en situation de précarité à maintenir leur projet d’activité génératrice de revenus à l’aide d’un financement.

2/ Association « Au cœur de l’amitié euro-marocaine » – Essaouira

Projet « Les bourses de l’espoir »

Depuis sa création en 2003, l’association « Au cœur de l’amitié euro-marocaine » se donne pour mission de protéger et d’accompagner les enfants en situation de précarité, aussi bien financière que sociale ou éducative.

Le projet de l’association cherche à accompagner une vingtaine de parents d’enfants actuellement bénéficiaires de l’action de l’association, se trouvant au chômage et sans revenu durant la crise sanitaire liée à la COVID-19, à travers une aide financière, des formations et un accompagnement à l’insertion professionnelle.

3/ Association Douiret Sbaa pour le développement local – Beni Tadjite – région de Figuig

Projet « Le vieux génie des eaux rares »

L’association Douiret Sbaa pour le développement local, depuis une dizaine d’années, cherche à favoriser la participation de la femme rurale au processus de développement, à protéger les ressources en eau et l’environnement et à conserver et valoriser le patrimoine matériel et immatériel du territoire dans lequel elle s’inscrit.

Le projet soutenu vise la valorisation de la connaissance des ainés en matière de gestion des ressources hydrauliques, notamment au travers de la réalisation d’un film et d’un livret qui seront distribués lors d’ateliers de sensibilisation intergénérationnels. Il cherche à limiter l’isolement de ces personnes vulnérables, qui a grandement augmenté suite à la crise sanitaire liée à la COVID-19, tout en favorisant des méthodes de gestion de l’eau efficaces permettant une exploitation durable de cette ressource.

4/ Association ISAAF Jerada Solidarité et développement – Jerada

Projet « Engagement, Citoyenneté, Fraternité pour Jerada et sa province »

L’association ISAAF Jerada, au travers de son projet « Engagement, Citoyenneté, Fraternité pour Jerada et sa province », cherche à créer une dynamique citoyenne de solidarité et de proximité afin d’agir concrètement et collectivement dans la province de Jerada en faveur des populations rurales et urbaines en situation d’exclusion sociale ou d’extrême précarité, qui souffrent particulièrement de la crise actuelle.

Le projet, en deux volets, vise à mettre en place une action de prévention à la COVID-19 auprès de la population au travers de formations dans les espaces publics, ainsi qu’à favoriser la mise en œuvre d’actions novatrices de solidarité, comme le développement de points fixes de prévention et de solidarité de proximité.

5/ Institution Tahar Sebti – Casablanca

Projet « FORASMA »

L’institution Tahar Sebti est un établissement scolaire et de formation agissant depuis 1953 pour améliorer l’accès à une éducation de qualité pour toutes et tous.

Le projet soutenu par l’Ambassade vise à l’insertion socio-professionnelle des personnes vulnérables et notamment des femmes, à travers l’organisation d’une formation au métier d’assistant.e maternel.le.

6/ Association Essalam pour l’intégration des handicapés – Inezgane – région du Souss-Massa

Projet « Ensemble contre la COVID : pour une éducation sanitaire et citoyenne »

En 2020, la crise sanitaire liée à la COVID-19 a fortement impacté la population marocaine, mais certaines catégories de population en situation de précarité ont particulièrement souffert de cette crise.

L’association souhaite fournir des services d’aide à ces familles en situation de précarité, notamment au travers d’activités de formation et de renforcement des capacités et de sensibilisation pour les personnes en situation de handicap, les personnes âgées et les mères célibataires, afin de faire face à la crise actuelle.

7/ Association Titrit – Agadir

Projet « Formation des femmes en situation précaire »

L’association Titrit, au travers de ce projet, cherche à améliorer la situation des femmes de ménage, qui depuis la crise sanitaire, se retrouvent souvent dans des situations de précarité provoquées par la crise économique et le manque d’emploi. Elle a ainsi pour projet de créer une coopérative de nettoyage permettant l’emploi d’une cinquantaine de femmes dans le marché formel.

8/ Tawassoul pour le développement – Oujda

Projet « Soutien social & psychologique des patients sans-abri et des patients psychiatriques vulnérables »

Pour concevoir son projet, l’association est partie du constat que les personnes sans-abri et souffrant de troubles psychiatriques, notamment liés à l’anxiété, souffraient particulièrement de la crise sanitaire liée à la COVID-19.

Ce projet a ainsi pour objectif de contribuer au soutien social et moral de ces catégories de personnes dans la société civile, par la mise en place d’un accompagnement d’une quinzaine de patient.e.s atteint.e.s de troubles psychiatriques et sans-abri, comportant un soutien psychologique et médical, des activités sportives et artistiques afin de contribuer à leur intégration sociale, un soutien juridique et administratif ainsi que l’organisation de campagnes de sensibilisation et d’éducation à l’attention des familles.

9/ Association Relais prison/société – Casablanca

Projet « Atténuer l’impact négatif du confinement sur les détenu.e.s et consolider des projets de réinsertion des ex détenu.e.s»

Les prisons marocaines, lors de la crise sanitaire, ont souffert de taux de contamination importants, liés notamment à la surpopulation carcérale, qui ont entraîné un durcissement des conditions de vie des détenu.e.s (suppression des visites, des activités de travail, de formation et de réinsertion, etc.).

L’association Relais prison/société œuvre depuis 2005 pour la réinsertion des ex-détenu.e.s. Au travers de ce nouveau projet, elle entend mettre en place un dispositif de soutien à distance à l’attention de ces personnes, à travers des séances d’art thérapie, et ce dans un objectif de consolidation du processus de réconciliation avec la société.

10/ Association marocaine d’aide aux enfants en situation précaire (AMESIP) – Salé

Projet « Ecole de la deuxième chance par l’éducation, la culture et le sport »

L’AMESIP lutte depuis de nombreuses années contre la déscolarisation et le travail des mineurs, notamment à travers l’action du centre de Hay Inbiaat, créé en 2001. Le centre se veut une structure sociale et culturelle permettant d’offrir un accès à la culture, à l’éducation et à la culture à des familles en situation de précarité, et de remobiliser des jeunes sortis du système scolaire au sein d’un espace où il est possible de les orienter et de répondre à certains de leurs besoins en fournitures, habillements ou soins de santé.

Dans le contexte actuel de pandémie, les difficultés économiques et sociales rencontrées par de nombreuses familles favorisent le risque de décrochage scolaire de nombreux jeunes. Au travers de ce financement et de cet accompagnement, l’Ambassade cherche ainsi à soutenir l’action quotidienne de l’AMESIP auprès de ces jeunes à travers leur école de la deuxième chance par l’éducation, la culture et le sport.

11/ Association AMEJ pour l’éducation de la jeunesse – Salé

Projet « Droit à une vie digne aux enfants en situation de rue »

L’association AMEJ lutte au quotidien contre le phénomène des enfants en situation de rue, véritable enjeu de société au Maroc, et prône un travail global et multidimensionnel recouvrant aussi bien la prévention que la réadaptation ou l’intégration de ces enfants à la société marocaine.

Le projet soutenu par l’Ambassade vise à assurer la continuité des actions et services du centre d’hébergement temporaire pour les enfants en situation de rue de l’association et à favoriser leur réinsertion sociale.

Ces associations entrent dans un véritable partenariat avec l’Ambassade de France, qui leur propose un financement et un accompagnement comprenant des formations régulières (gestion administrative et financière d’une association, suivi et évaluation des projets), des sessions thématiques dédiées avec des experts et des événements pour se constituer en réseau.

adminAssoFrMaAppel à projets 2020 « Venir en aide aux plus vulnérables – soutien aux associations de proximité » : les 11 associations retenues